524798_119714268224862_890631983_n

Et bien, malgré tout, ma copine a fait sa cérémonie de « Akpénou » à l’église. Ni mes arguments, ni mon article sur la question n’ont réussi à l’en dissuader.  Oui, elle est coriace et dure de tête, celle là. Et comme si cela ne suffisait pas, elle en est revenue persuadée de pouvoir me persuader du fait que j’avais tort. Appréciez avec moi son message.

« Coucou ! bon, avant, je n’avais pas assez d’arguments pour te convaincre du pourquoi ça se fait à l’Eglise! Mais grâce à la retraite que j’ai faite, je peux parfaitement te répondre maintenant.

D’abord, cette cérémonie a été introduite dans l’Eglise (ou « christianisée » comme vous le dites) pour enlever les points négatifs de la tradition! Je m’explique: à l’époque, nos ancêtres ne connaissaient pas la religion; ils ne connaissaient pas Dieu! Du coup, ils adoraient les dieux, les fétiches…; donc ils pratiquaient leurs traditions en fonction d’eux. Donc, Akpéma, c’était un de ces rites, réservé à la jeune fille, prouvant qu’elle passe de l’étape d’enfant à c’elle d’ adulte! Désormais, elle n’a plus rien à voir avec l’enfance! Et après ce rite, elle allait directement se marier! Son mari lui était  choisi par ses parents depuis le bas âge.

Donc , en fait, la jeune fille monte jusqu’à la montagne nue, pour adorer ces dieux la, puis pour être choisie par un evalo (singulier de « evala »)! Donc, ce système là, à l’époque se faisait à nu, car dans le temps, ils n’avaient pas d’habits! la plupart des gens n’avaient rien à porter! les habits n’existaient pas encore!

Mais maintenant que les mentalités ont évoluées, pourquoi continuer ces rites là? Alors que (normalement pour un chrétien catholique), quand on te baptise, tu dis que tu renonces ouvertement à Satan, et désormais tu ne suis que la voie du Christ! Alors, pourquoi retourner dans les montagnes, adorer ces dieux là? Et maintenant que les habits existent, quand un enfant naît, on l’habille, histoire de cacher ce qu’il a de précieux, en particulier la jeune fille, qui doit cacher ce qu’elle a de précieux ; pourquoi maintenant elle va le montrer à tout le monde, alors que cela doit être réservé pour son futur mari?

Voilà un peu l’utilité de l’Eglise et son intérêt dans le fait de christianiser ce rite! Certes, cela reste la traditions pour toutes les filles kabyè, mais, il fallait vraiment qu’on retire ces parties négatives là!
Je sais que je me ferai pas comprendre de tous, mais j’aurai essayé quand même!
Sur ce, cher Marek, merci pour cet article quand même, et pour ce débat que tu as lancé!
Bonne continuation! »

Mon analyse, ce que je comprends au travers de ce texte, c’est que ma chère copine n’a malheureusement toujours rien compris. La tradition est intrinsèque à la culture d’un peuple. Et une chose que j’apprise depuis la classe de Terminale, dans le cours Nature et Culture avec mon professeur de philosophie, ah mon très cher M.Wilson,  c’est que,  la culture définit une société. Donc, ces traditions sont pour le kabyè, une identité. Quand on parle Evala, quand on parle Akpéma, directement on pense à Kara et ses environs.

Personne n’a le droit  de juger la culture de l’autre. Ma culture n’est pas meilleure que celle de l’autre. Elle est juste différente. Prenant les choses de cette façon, il est clair que l’Eglise catholique ne doit en aucun cas s’immiscer dans la vie traditionnelle de untel et prétendre vouloir l’améliorer parce qu’elle la considère pleine de points négatifs. Aberration!

Si des modifications doivent y être apportées, elles doivent se faire d’un commun accord, au sein de la société même. Par exemple, aujourd’hui, il est désormais permis aux Akpémas de porter des sous vêtements si elles le désirent. Mais le rite en soi, reste le même. Cas similaire, le Vatican a récemment modifié le « Notre Père », modification qui devrait entrer en vigueur à partir du mois  de Novembre. Dans les deux cas, les décisions ont été prises par la communauté elle même et n’ont changé que de petits points. Et pas forcément parce qu’ils sont négatifs.

 Des choses changent et évoluent, oui mais, pas une tradition en soi, pas une culture. Le catholique lui même a des pratiques, qui depuis la nuit des temps ne changent pas, non? Le rosaire, le chapelet,  les prières comme le « Je vous salue Marie ». Avez vous déjà entendu parler de quelqu’un, étranger au catholicisme, qui soit venu modifier délibérément l’une de ces pratiques? Imaginez vous même ce que cela créerait par la suite. Ils crieraient sur tous les médias et réseaux sociaux au blasphème, au non-respect de l’autre et à bien d’autres conneries. Or, force est de constater que c’est exactement ce qu’ils sont en train de faire eux mêmes. #LaloiDUpluSfORT…

« …quand on te baptise, tu dis que tu renonces ouvertement à Satan, et désormais tu ne suis que la voie du Christ! Alors, pourquoi retourner dans les montagnes, adorer ces dieux là?« ??????  Traiter les croyances des autres de satanique? Bon, je vais faire de commentaires là dessus. La phrase parle d’elle même. Ma copine est perdue. Je vais juste terminer avec une équivoque et un conseil: 

J’aimerais comprendre pourquoi il n’y a que les catholiques qui agissent de la sorte? Si une jeune fille est kabyè et protestante, son Akpéma, elle le fera où? Et la musulmane???

Tu as choisi ton chemin, restes-y. Si tu penses que la cérémonie Akpéma ou Evala ou n’importe quelle autre pratique est truffée de points négatifs, tout simplement, ne la fais pas. Fais juste ce en quoi tu crois, mais ne juges pas ce en quoi les autres croient. Et pour la dernière fois je le répète: Jamais un baptême catholique ne fera dans un temple Vaudou. Que ceux qui veulent comprendre comprennent et que ceux qui veulent faire semblant de ne pas comprendre, …. bah je leur dirais juste #héhéhéhéhé.