Archives mensuelles : novembre, 2014

Avouons que nous, africains, sommes parfois de vrais cas!

Crédit photo: lomé-infos.com

Crédit photo: lomé-infos.com

Quand il est question de critiquer nos dirigeants, nous sommes champions. Mais lorsque pour une fois, ils prennent une décision, une bonne décision qui serait bénéfique au peuple, et Dieu sait combien elles sont rares, nous sommes encore les premiers à ne pas la respecter.

 Je veux parler ici de l’usage du casque et de la ceinture rendue obligatoire au Togo. Le nouveau code de la route comportant cette clause a été adopté le 04 Juin 2013 par l’Assemblée Nationale et depuis Avril 2014, les autorités ont décidé d’être plus rigoureux quant aux respect de cette loi. Cependant, mes chers copains ont l’air de ne pas trop s’en faire pour leur propre sécurité.

En effet, pendant mon séjour à Lomé, j’ai vu à maintes reprises des usagers de la route (surtout les conducteurs de taxi-motos) porter leurs casques, seulement aux endroits où il y a de fortes probabilités de rencontrer des agents de police chargés du contrôle de la circulation. Et pendant la course, où se trouve donc le casque? Bah, sur les cadrans ou sur les phares. Comme si c’est ça qu’il faut protéger en cas d’accident.  (suite…)



Langue maternelle ou Langue officielle?

langueC’est un un fait , l’on apprend mieux quand le message est transmis dans la langue avec laquelle on a eu le premier contact. Ceci étant, en Afrique, il s’agirait de nos différentes langues locales pour plusieurs. Bien souvent, l’enfant naît dans un environnement où on ne lui parle que sa langue maternelle, y passe ses 4-5 premières années, puis patatra, une fois dans le monde scolaire, il est forcé de changer de système, d’étudier dans une langue avec laquelle il ne se sentirait pas forcément confortable.

Dans ces cas là, les enfants ont du mal à s’en sortir. Certains y arrivent, d’autres non. Au Togo par exemple, pour pouvoir admirer le spectacle, il n’y a qu’à faire un tour dans différentes écoles primaires publiques, pour ne citer que celles là. C’est à se demander s’il faut pouffer de rire ou s’indigner. Le français des élèves est de très basse qualité, et cela affecte automatiquement leur évolution dans toutes les disciplines puisque le cours n’est donné que dans la langue de Molière. (suite…)