Avouons que nous, africains, sommes parfois de vrais cas!

Crédit photo: lomé-infos.com

Crédit photo: lomé-infos.com

Quand il est question de critiquer nos dirigeants, nous sommes champions. Mais lorsque pour une fois, ils prennent une décision, une bonne décision qui serait bénéfique au peuple, et Dieu sait combien elles sont rares, nous sommes encore les premiers à ne pas la respecter.

 Je veux parler ici de l’usage du casque et de la ceinture rendue obligatoire au Togo. Le nouveau code de la route comportant cette clause a été adopté le 04 Juin 2013 par l’Assemblée Nationale et depuis Avril 2014, les autorités ont décidé d’être plus rigoureux quant aux respect de cette loi. Cependant, mes chers copains ont l’air de ne pas trop s’en faire pour leur propre sécurité.

En effet, pendant mon séjour à Lomé, j’ai vu à maintes reprises des usagers de la route (surtout les conducteurs de taxi-motos) porter leurs casques, seulement aux endroits où il y a de fortes probabilités de rencontrer des agents de police chargés du contrôle de la circulation. Et pendant la course, où se trouve donc le casque? Bah, sur les cadrans ou sur les phares. Comme si c’est ça qu’il faut protéger en cas d’accident. 

Après, lorsque l’individu se fait surprendre et soutirer des sous par un policier, il crie à l’injustice, ne se fait pas prier pour balancer un florilège de critiques (je l’ai dit plus haut, on est champion à cet exercice), et n’imaginez même pas le nombre d’insultes par minute qui défileront dans sa tête à l’égard de ce « Monsieur l’Agent » … Tu avais été pourtant prévenu mon cher.

Nous sommes souvent des cas, mais il y a des cas qui sont plus « cas » que d’autres cas

Contextualisation: Le gouvernement du Bénin a décidé de suivre les pas de son voisin, le Togo, et dès le 02 Août 2014, le port de casque est également devenu obligatoire pour les motocyclistes. Comment les usagers de ce beau pays, eux, reçoivent-ils cette nouvelle décision? À la togolaise? … Certainement pas. Retenez en tout cas que ce ne sont pas des paroles en l’air lorsque je dis qu’il y a des cas qui sont plus « cas » que d’autres cas. Illustration en images:

Crédit photo: revue-afrique.com

Crédit photo: revue-afrique.com

 

Il y a des moments où les images en disent plus long que les mots. En voici un. Eh oui, tu ne te trompes pas mon cher, c’est une casserole que notre maman a sur la tête sur la photo en bas, à gauche. Décidément, on aura tout vu en Afrique. Bon, je n’ai plus rien à ajouter, si ce n’est un gros « Bravo » à mes frères Béninois pour leur grande ingéniosité. Vraiment, vous êtes forts, les gars.

 

Crédit photo: nordpresse.be

Crédit photo: nordpresse.be

PS: J’aimerais quand même souligner qu’une bonne partie d’usagers de la route respectent ces nouvelles décisions, ce qui contribue à réduire les fins tragiques après accident. 

 

 

The following two tabs change content below.
mareklloyd
Qui cherche trouve. Mais, le plus dur n'est pas de trouver ce que l'on cherche, mais c'est de supporter ce qu'on a trouvé, puisqu'on l'a cherché!!! ASSUMES TOI.