ima

Lamentable, choquant, inadmissible, inhumain, barbare, sauvage, (…) Je ne trouverai jamais assez d’adjectifs pour qualifier cet acte de terrorisme, survenu sur le campus de l’université kényane de Garissa, située dans l’est du pays. Non mais Allô quoi!

Au nom de quoi ou de qui peut-on se permettre de mettre un terme à 147 vies humaines? Comment est-ce qu’un homme normal, possédant toutes ses facultés mentales, peut-il se lever un beau matin, puis aller jouer à Hitler quelques instants après? J’ai envie de croire qu’il y a une raison derrière tout ça. J’ai envie qu’on me dise qu’il y a quelque chose qui puisse justifier une atrocité de cette envergure. Parce-que là, je ne sais plus quoi penser.

Messieurs les Shebabs, (suite…)