Nous aussi, nous savons faire la fête au 21e siècle!

 

  • Oui, ça va, je suis arrivé il y a tout juste 5 minutes hein. […] Oh ça! Je ne te le fais pas dire mon cher. Depuis l’ascenseur, la musique faisait déjà monté mon corps au niveau supérieur, lol. […] Ah mais, ça c’est clair. À quoi te sert ta canne à pêche au bord du lac si tu ne l’utilises pas pour obtenir du poisson frais? Moi j’attends seulement que Franko me donne le signal pour embrouiller, angoisser et coller les petites, mdr. […] Ok d’accord! Bon, il va falloir que je fasse le tour pour saluer les autres. Je te reviens tout à l’heure.

Un vers de Jack Daniels (et c’est très important le Jack pour une fête branchée de notre époque), quelques hochements de tête échangés avec ceux dont le visage m’ait familier, en guise de salutation. Pour ceux et celles qui me sont plus proches, des accolades et des bises. Et soudain, qui voila qui attire mon attention:

  • […] Hey! Mais tu vis toi? Ça fait un sacré bail là! […] Ah bah, je suis là rien de neuf, et de ton côté? […] Bien ça! Qu’est ce que je deviens? Bon là, maintenant, un chouya plus plus éméché qu’il y 5 minutes, lol. Mais à part ça je suis dans les langues et ça marche plutôt fort bien. Et toi? […] Hmn très intéressant ça! …

Pendant ce temps, se fichant royalement des commodités de dégustation et de la musique fort entraînante (Mention très bien au DJ de la soirée, il faut le signaler),  une conversation pimentée se fomente tranquillement à côté avec les amis, et je ne peux m’empêcher de m’immiscer, coupant ainsi court à  ma conversation avec cet ami avec lequel j’avais perdu contact depuis plus d’un an.

  • […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] Hahahaha […] […] […] […] […] […] […] Oh Nadia, arrête, tu t’enfonces déjà […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […]  Awo, Daniel, s’il te plait, dis lui d’arrêter là, mdrrr. […] […][…] […] […] […] […] […] […] […] […] […]  […] […] […] […] […] […] […] […]   […] […] […] […]  […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […]  […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] Lol, je regarde seulement, moi. […] […] […] […] […] […] […] […]  […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […]

Ah cher ami lecteur, je suppose que t’aimerais savoir ce dont mes amis discutent. Tu m’enverras désolé mais je ne peux en parler sans leur approbation préalable. Ce que je peux faire par contre, c’est m’arrêter là, terminer la conversation avec eux, leur demander si je peux en partager le contenu avec toi, et si réponse positive je reçois, je reviendrais continuer ce billet en y incluant leurs propos! On fait comme ça?

Euh, non, oublie ce que je viens de dire, je retire ma proposition. Ce serait trop demandé pour un paresseux comme moi. En plus, c’est mon blog, c’est mon texte, je le monte comme je veux, non? Oui, un peu d’égocentrisme aussi il faut. L’attention doit être porté sur moi, sur moi, sur moi et sur mes commentaires. Cela te pose t’il un problème? D’un autre côté, je veux les protéger, mes amis. Je veux les protéger de toi, oui toi lecteur avide de critique là, vautré derrière ton poste qui te donnerais un malin plaisir à dézinguer le raisonnement maladroit de la pauvre Nadia? Daniel et moi nous en chargeons déjà! Faudrait pas que tu vienne en rajouter. Je ne veux même pas penser à cette manie que t’aurais de relever, non sans ironie, le manque de grammaire dans les paroles de Seydou. Non non, je ne te laisserai pas te faire la peau de mon ami qui n’est pas beaucoup allé à l’école mais qui va bientôt devenir une grande star de foot. Bref, c’est non, non non et non! tu ne te contenteras que de mes dires. Où en étais-je déjà? Ah oui, la conversation.

  • […] […] […] […] Bon de toutes les façons, avec vous les femmes, ce n’est même pas la peine de débattre, c’est souvent perdu d’avance. […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] Non mais attend, je t’explique un truc, il faut juste que vous sachiez nous comprendre et aussi comment … […]  […] […] […] […] […] […] […] […]  […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] [. […]..] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […]  […] […]  […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […]  […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] […] …

Tu l’auras compris, ami lecteur, les femmes de notre petit groupe se sont levées comme un seul homme, m’ont usurpé la parole d’un coup sec et ne semblent pas très emballées par l’idée de me la rendre. À ce jeu, elles sont injouables. Mes commentaires auraient pourtant pu te donner plus de substances d’information sur ce dont nous discutions, mais hélas … Hey! Attend une seconde, que vois-je là? Olalalala! Veinard que je suis! Une jolie demoiselle à qui je faisais des clins d’œils lourds de sentiments affectifs (mais pas que ça), vient de répondre positivement à mes signes. Juste le temps de prendre un sixième vers de Jack et je suis à elle. Hein? Pardon? Bah oui, entre temps j’ai pris un deuxième, un troisième, un quatrième, puis un cinquième vers, et puis quoi? Tu vois? Tu veux déjà te mettre à me faire la morale! Non, s’il te plait, arrête. J’ai levé le coude seul et je m’assume. Bon, là c’est le moment de la petite, gâche pas tout et garde tes reproches pour toi!

  • Alors, ma belle, comment vas tu? […] Ah oui? Tu t’ennuis autant que ça? Si tu veux, on sort prendre un verre alors. […] Que ne ferais-je pas pour toi? Bien sûr qu’on peut y aller maintenant, et tu sais ô combien j’aime à me sentir en ta compagnie. […]Owwn, je rougis déjà, lol. Bon bah, je passe te chercher dans 30 minutes alors. […] Okay, d’accord, va pour 45. J’ai hâte. À toute à l’heure. Bisous.

Je recherche donc mon hôte pour les remerciements qui lui sont dus, du fait de m’avoir convier à sa fête.

  • Moi: Hey Corinne, il va falloir que j’y aille, merci pour l’invitation, c’était bien la soirée.
  • Corinne: T’es pas sérieux là Marek! T’es arrivé il y a combien? Une petite heure et demi? Et tu veux déjà partir!? En plus, de toute la soirée, tu n’as détourné tes yeux et tes mains de ton téléphone que pour te servir à boire. Moi je suis fâché.
  • Moi: Ah mais regarde autour de toi. Presque tout le monde fait pareil hein. Devant moi, certains ont même demander le code wifi avant de dire bonsoir! Mais bon, cela ne justifie pas mon comportement, donc je te présente mes excuses et je t’assure que je trouverai un moyen pour me faire pardonner.

[Un bisou sur le front et paf! En route pour où tu sais! Mais, un conseil, camarade lecteur, vaut mieux ne pas conduire après quelques vers]

Et voilà, je viens de quitter une fête super branchée du 21e siècle. Tu l’as vu par toi même, ami lecteur, nous aussi, nous savons la faire, la fête!

Cellphone-Party

 

 

The following two tabs change content below.
mareklloyd
Qui cherche trouve. Mais, le plus dur n'est pas de trouver ce que l'on cherche, mais c'est de supporter ce qu'on a trouvé, puisqu'on l'a cherché!!! ASSUMES TOI.