Pendant tout ce temps là …

Six bons mois passés à l’abri des radars de la blogosphère! On me l’aurait prédit quelques jours après l’édifiante et super motivante formation Mondoblog 2014 à Abidjan, et évidemment, j’aurais vigoureusement battu en brèche. Et pourtant, … Où étais-je donc pendant tout ce temps? À quoi est-ce que je jouais? Plongé à la fois dans l’agréable, l’utile et le futile, l’obligatoire et le facultatif, je ne suis pas sûr de pouvoir déclarer en toute quiétude que j’en ai fait bon usage, de ce bon vieux fameux temps. 

Crédit photo: www.programme-tv.net

Crédit photo: www.programme-tv.net

Pendant tout ce temps là, j’ai énormément étudié, j’ai découvert que je pouvais très bien faire carrière dans la Rédaction Web, je me suis lancé dans plusieurs activités sportives (le Muay Thaï et le Rugby sont venus s’ajouter au foot en salle), et surtout, j’ai passé tellement de temps à ne rien faire de bon. Comme si la nonchalance et la paresse en avaient marre de leur condition abstraite et venaient trouver en moi, leur forme la plus concrète qu’il soit. Tu penses que Facebook fait perdre du temps? Essaie un peu Youtube! En voilà un site qui en plus de te priver de grosses heures de production, te refile une flemme sans pareil. Et je sais très bien de quoi je parle. Ils ont changé le monde en créant des réseaux sociaux, nous changeons nos habitudes en nous agrippant à ces réseaux sociaux et ces habitudes là nous empêchent de travailler à changer le monde à notre tour. Gare à la dépendance et à l’isolement social!  (suite…)



Quand Allah s’invite au pays du Christ Rédempteur

  • Il est 20 heures, nous sommes un dimanche, jour de match entre Fortaleza et Ceara, les deux clubs rivaux de la région où j’habite, et Dieu seul sait ô combien il est dangereux de se pavaner dans les rues pendant ces moments (dépendamment du score final, il y a souvent de ces supporteurs qui deviennent un chouya violents et s’engagent dans des « sortes d’interaction » avec autobus, personnes et autres biens publics, que je jugerais très peu honorifique vis-à-vis du genre humain. Bref…) À cette heure, je sors de l’église pour rentrer chez moi, j’arrive à l’arrêt de bus et il y a cette dame, dans la soixantaine je dirais, assise toute seule. Dans son visage, j’entrevois une certaine inquiétude. A-t-elle peur de moi ? Dans ma tête, je me demande si c’est mon physique imposant qui l’effraie ou si c’est l’événement du jour. Je n’ai pas le temps d’y réfléchir, car très vite, j’obtiens ma réponse lorsqu’elle s’adresse à moi en disant:  » Quel bus vas-tu prendre, mon fils ? »
  • J’ai tout de suite compris. La dame n’a pas envie, à raison, de rester toute seule à l’arrêt. En principe, n’importe quel bus passant sur cette avenue peut me conduire chez moi, mais en bon samaritain, en bon petit chrétien qui vient, en plus, de recevoir le Corps du Christ, je décide d’attendre avec elle jusqu’à ce que le sien n’arrive. Elle semble ravie. Et en attendant que le car ne vienne, elle engage de nouveau la conversation : (suite…)


Football : Saison 2014-2015, mon bilan

sais

En tant que gros passionné de football, je me voyais bien publier des articles à la pelle tout au long de la saison européenne. Cependant, j’ai fini par décider de n’en publier qu’un seul à la fin de l’exercice 2014-2015, sous forme de bilan général. Ce billet, je tiens à le préciser, est très subjectif (…) mais bon, je suis objectif dans ma subjectivité.

Les lyonceaux apprennent à rugir, et ils apprennent vite.

Ils ont joué un beau football, ils ont émerveillé, ils ont enchanté, ils ont terminé dans une position que presque personne ne leur accordait en début de saison. Oui, je parle de l’Olympique Lyonnais, et oui, je parle là de mon club de cœur. Depuis la saison 2013-2014, j’avais suivi d’un œil très attentif la progression des jeunes comme Tolisso, Ferri, Lopes, et surtout, Lacazette, Grenier et Umtiti qui eux, ont littéralement explosé. Leur parcours plus qu’honorable en Ligue Europa (éliminés en quarts de finale par la Juventus Turin) m’avait poussé à croire que ces jeunes seraient capables de permettre au club de retrouver les sommets du football français. Et lorsque j’ai osé sortir ma langue pour le déclarer ouvertement devant un copain, il a rapidement battu en brèche en disant avec son accent congolais : « Ah quel Lyon, mon frère? Lyon est mort » (suite…)



Mes yeux ont su les siens et j’ai tout de suite croisé

 

Dès que mes yeux ont su les siens, j’ai d’emblée croisé                                                                                           Les battements de mon cœur se sont avalés et j’ai accéléré mon bout de pain de travers                                  

Juste parce qu’elle m’a sourit et m’a dit bonjour.

Et quelques mois plus tard,

J’ai fermé les escaliers et j’ai pris la porte                                                                                                                 J’ai enlevé mes prières et j’ai récité mes chaussures                                                                                                J’ai éteint le lit et je me suis allongé sur la lumière                                                                                                       Tout ça parce qu’elle m’a dit qu’elle m’aimait.

 



Terrorisme au Kenya: À qui profite le crime?

ima

Lamentable, choquant, inadmissible, inhumain, barbare, sauvage, (…) Je ne trouverai jamais assez d’adjectifs pour qualifier cet acte de terrorisme, survenu sur le campus de l’université kényane de Garissa, située dans l’est du pays. Non mais Allô quoi!

Au nom de quoi ou de qui peut-on se permettre de mettre un terme à 147 vies humaines? Comment est-ce qu’un homme normal, possédant toutes ses facultés mentales, peut-il se lever un beau matin, puis aller jouer à Hitler quelques instants après? J’ai envie de croire qu’il y a une raison derrière tout ça. J’ai envie qu’on me dise qu’il y a quelque chose qui puisse justifier une atrocité de cette envergure. Parce-que là, je ne sais plus quoi penser.

Messieurs les Shebabs, (suite…)



J’ai fait un rêve

Le rêve de Manzama Marek ABI

J’ai fait un rêve dans lequel, quelqu’un a affirmé que : « le zèbre ne cache pas sa zébrure ». Cela m’a fait comprendre  pourquoi l’Afrique ne cache pas  ses difficultés et s’est muée de ce fait en quémandeuse notoire.

J’ai fait un rêve dans lequel, quelqu’un m’a signifié que : « Le tigre ne proclame pas sa « tigritude », il saute sur sa proie et la dévore ». Et cela m’a permis de comprendre pourquoi l’Africain aime les coups bas, coups d’Etat et bien d’autres types de coups… (Ô mon premier amour… Quand j’y pense, …)

J’ai fait un rêve dans lequel j’ai ouï dire que c’est au bout de la vieille corde qu’on tisse la nouvelle. Là, je me suis tout de même inquiété lorsque j’ai pensé à l’éventualité du fait que la vieille corde ne tienne plus. Que faire alors dans ce cas? On en tisse une toute nouvelle conforme à la précédente ou l’on prend quand même en compte cette dernière usée? Je connais l’avis des conservateurs. (suite…)



Afrique: Parlons rêves, parlons évolution (2)

 

 

Nous sommes la jeunesse pensante de l’Afrique. Nous sommes les élites de demain, l’avenir de notre cher continent.  Nous avons beaucoup de choses à dire, et nous n’avons qu’une seule requête: Ecoutez-nous!

 

jeunesse-africaine

 

« Nous rêvons d’une Afrique. D’un continent dynamique qui prospère dans tous les domaines, et  qui aussi, porte un regard spécial sur la santé de sa population. D’un continent où l’on développe des politiques publiques ayant pour principal objectif la consolidation ou la reconstruction des systèmes de santé . En regardant les récents événements qui ont secoué notre terre mère, on a vu les limites de nos Etats, leurs difficultés dans la façon de gérer la situation par eux-même. Il est temps de commencer à penser à la santé de la population africaine d’une manière un peu plus intégrale; il ne faut plus regarder la maladie tout simplement comme un phénomène isolé mais plutôt, rechercher les facteurs déclencheurs de celle-ci. Il faut introduire un système qui puisse favoriser la prévention. Aujourd’hui, dans, les pays développés, on voit clairement comment ce système fonctionne et à quel point il est efficace. Et à titre personnel, mon souci, c’est de voir la santé de mon peuple recevoir une plus grande attention. Seuls des hommes bien portants construiront une plus belle Afrique.» Reagan Nzundu Boigny, Sciences Infirmières, Fortaleza (Brésil), Congolais.  (suite…)



Afrique: Parlons Rêves, parlons évolution (1)

jeunesse-africaine

Nous sommes la jeunesse pensante de l’Afrique. Nous sommes les élites de demain, l’avenir de notre cher continent.  Nous avons beaucoup de choses à dire, et nous n’avons qu’une seule requête: Ecoutez-nous!

« Personnellement, au fil des années, j’ai compris l’importance du Droit et je trouve dommage que beaucoup soient lésés dans leurs droits tout simplement parce qu’ils ne les connaissent pas. Des femmes battues dans leur foyer et supportant tout en silence sans savoir qu’elles peuvent obtenir justice, d’autres personnes qui commettent des actes sans savoir au préalable quelle sera leur responsabilité en cas de problème.

Mon souhait pour palier à cet état de fait est de faire apporter des modifications à l’éducation des jeunes. Pour une première fois, « casser » le mythe du « droit réservé aux Juristes » et faire comprendre que tout le monde est concerné; après tout, nul n’est sensé ignorer la loi … Pourquoi dans ce cas ne pas instaurer des cours de Droit dans le système éducatif, plus précisément à partir du second degré ? Prévenir vaut mieux que guérir, dit-on souvent. Prendre ses dispositions au prime abord est préférable au recours à un avocat et à l’engagement dans un procès éprouvant et onéreux. » Latifa Sanoussi, Droit, Dakar, Béninoise.

(suite…)



Essayez surtout de rester en vie en 2015

Camarade lecteur, camarade lectrice, euuuhhh (…) Au fait, dites moi: Pourquoi le mot « camarade » n’a-t-il pas de féminin? Les inventeurs de la langue française sont en panne d’inspiration ou c’est là une manifestation de l’émancipation du genre féminin? Bah là, moi je comprends plus hein. En principe, je devais commencer ce billet en écrivant « camarade lecteur, camaradine lectrice » ou encore, » camarad lecteur, camarade lectrice », seconde option qui collerait d’ailleurs avec la syntaxe de la langue de Molière. Ou bien? Bon bref, ce n’est pas pour ça que nous sommes là…

Crédit photo: www.hrmlogistica.com.br

Crédit photo: www.hrmlogistica.com.br

Donc je disais, camarade lecteur, camarade lectrice, je viens te souhaiter à travers ce billet une bonne et heureuse année 2015. Bon, tu connais la chanson mais, toi même tu sais combien les jours peuvent se suivre et se ressembler comme deux gouttes de larmes de chien. Ce n’est pas parce que le 4 a laissé sa place au 5 que ta vie va changer hein. Le 2, le 0 et le 1 sont toujours bien place et peuvent représenter le fait que presque tout restera statique autour de toi. Nous les Hommes, avons parfois besoin de cette période  pour nous donner  l’illusion d’un énième nouveau départ, qui bien souvent, nous fait prendre de nombreuses  nouvelles résolutions que nous n’appliquons pour la plupart, que pendant le premier mois de l’année et puis basta! Nous voilà revenus à ce que nous étions l’an dernier. (suite…)



Ça, c’est une affaire de Parents Africains

Crédit photo: allocine.fr

Crédit photo: allocine.fr

 

 

Nous le savons tous, nos parents sont merveilleux. Mais nous savons aussi qu’ils peuvent se montrer orignaux, très originaux, dans leurs réactions, propos, conseils, etc. À suivre, un Top 10 de situations qu’on aura vécu ou qu’on ne peut vivre qu’avec un parent africain. Je te promets, cher lecteur, si toi aussi, tu viens de là, tu t’y retrouveras forcément. Et si ce n’est pas le cas, bah tu vas quand même te marrer.

1- Tu es tranquille dans ta chambre et on te fais savoir que Papa t’appelle. Généralement, ça sent pas vraiment bon, mais ce jour là tu sors, très inquiet, et tout ce qu’il te demande, c’est de lui remettre la télécommande qui se trouve sur la table, laquelle, faut bien le préciser, se trouve à un mètre du sofa sur lequel il est assis ou couché. Là dans ta tête, tu as envie de lui dire « Non mais Allô quoi! L’esclavage, c’est terminé hein! ». Mais heureusement  pour toi que ce scénario ne se passe que dans ta tête, donc tu t’exécutes et tu prends ta route.

2- Restons avec les Papa. Là, vous êtes dans un bar. Et il y a toujours ce moment décisif qui arrive: Choisir la boisson. Commandes une bière et il dira: « Non mais depuis quand tu bois, toi? ». Commandes une sucrerie et il dira: « Non mais, c’est devant moi tu veux faire semblant? ». Bref, il trouve toujours à redire, le papa.

3- Ceci se passe souvent avec les Mamans. Vous êtes en train de faire des courses au supermarché et tu vois un article qui t’intéresse énormément. Tu sais très bien que vu le prix, tu n’as que 10% de chances de l’obtenir. Mais tu tentes le coup, et quand c’est non, comme tu t’y attends dès le départ, elle a souvent deux façons de te répondre:  « Dégages là-bas », tout simplement. Rapide et efficace. Ou soit,  « Attends, c’est tout le supermarché que je vais t’acheter ». Oui oui, tout dépend de son humeur du jour. (suite…)