Coupe du monde: Fortaleza ressemble à tout, sauf à une forteresse

La coupe du monde, ce n’est plus qu’une question de jours. Vous êtes tous impatients que la plus grande fête du football démarre, non? Et bien moi aussi, je le suis. Le brésilien, lui, semble moins emballé. 

Crédit: www.correiobraziliense.com.br, AFP Photo / Vanderlei Almeida

Crédit: www.correiobraziliense.com.br, AFP Photo / Vanderlei Almeida

Bien, il y a encore quelques jours, j’étais très optimiste quant au bon déroulement de l’événement, mais là, je suis un peu moins. Le peuple n’est pas content et le fait savoir. Le budget attribué à l’organisation de la coupe choque plus d’une personne, surtout que le gouvernement tarde à répondre à certains nécessités en avançant le manque de moyens. Donc, les citoyens grognent et certains se disent prêts à tout pour déranger la tenue du tournoi. Mais en fait, ma principale inquiétude  se pose ailleurs: Les menaces de grève de la police, et de l’augmentation de la violence dans la ville où j’habite.

Fortaleza, ville du Nord Est du Brésil, dont je suis résident depuis 6 mois environ, va accueillir plusieurs matches de la compétition. Le Brésil y jouera, et nous les africains, auront le plaisir de voir jouer le Ghana contre l’Allemagne, puis, la côte d’ivoire contre la Grèce (j’ai même déjà mon ticket).  Oui oui, le programme est alléchant, mais la forteresse (Fortaleza en français), ces derniers temps, est aussi très tranchante.

Je ne suis pas vraiment l’actualité brésilienne donc je ne peux pas parler de ce qu’il en est des autres Etats, mais ici, plus le moment tant attendu s’approche, plus l’atmosphère devient tendue. Récemment, les policiers menaçaient de faire grève. Déjà, avec eux en activité, les braquages, assassinats et autres types de violence sont légion; donc, imaginez un seul instant ce qu’il se passerait sans eux. 

Heureusement qu’ils ne sont restés qu’à l’étape de menaces jusqu’à lors. Mais malheureusement, cette histoire demeure dans l’air. C’est à dire qu’elle pourrait tomber a n’importe quand, et si jamais cela arrivait en pleine compétition, au moment même où la ville sera bourrée de touristes, alors là,…. Hmmm, Jésus va devoir revoir ses plans et redescendre plus tôt que prévu.

Crédit: cnews.com.br

Crédit: cnews.com.br

L’autre problème que nous vivons, c’est justement la question de braquage là. Ces derniers temps, les plaintes se sont sérieusement accentuées. À maintes reprises, les agressions se sont terminé tragiquement. Avant-hier seulement (Jeudi matin), un bus a été attaqué et le chauffeur a été abattu à coups de couteau. Le « cobrador » (celui qui reçoit les frais de transport) a été également poignardé, mais est toujours en vie. Suite à ce triste événement, plus de la moitié des bus sont rentrés au parking, en guise de protestation. Pas de moyens de déplacement pour une bonne partie de la population, pas moyen d’aller au boulot, au campus, au marché. Tout tourne au ralenti. Merci aux braqueurs. 

Ces actes de violence ne sont pas nouveaux ici à Fortaleza hein. Un jour sur deux, j’apprends qu’un étudiant s’est fait braqué. Systématiquement.Et que font les services de l’ordre pendant ce temps? « Porra nenhuma », (rien du tout) comme le dit souvent un de mes amis brésilien. Bon, au moins maintenant, on peut dire qu’ils préparent leur grève. Là , ça se voit qu’ils sont occupés à quelque chose.

Personnellement je pense que le fait de balancer des revendications en ce moment-ci n’est pas une simple coïncidence. La coupe du monde est le moyen de pression idéal si l’on veut que le gouvernement réagisse vite. Donc moi policier, je menace de partir en grève (Dans d’autres Etats, ils sont passés à l’acte) , et puisque toi gouvernement, tu sais très bien que tu auras fort besoin de moi pour garantir la sécurité en tout temps et en tout lieu, surtout pendant le tournoi, tu sera obligé de me satisfaire, ou de faire en sorte qu’on trouve un terrain d’entente au plus vite. Et je crois que le pari va être gagné. Enfin, je l’espère.

Pour moi, l’essentiel c’est qu’il faut que les forces de l’ordre soient bel et bien présentes. Si cela arrive à se faire, et ça va se faire, tout se passera bien. Au cas contraire, comme on dit en Côte d’ivoire, y aura drah. Le premier volet de ma préoccupation doit être réglée par le gouvernement de Dilma, en trouvant un point d’accord avec les flics. Et le deuxième volet est entre les mains de ces derniers, qui doivent absolument tripler d’effort à l’orée de la fête du football. A priori, c’est faisable, donc je le répète, je suis toujours optimiste. Tout se passera bien et on vivra une belle coupe du monde.

Je crois en l’esprit fair-play des citoyens brésiliens et je compte sur la seleção auriverde qui, selon moi, en remportant la coupe, ferait oublier à bien de personnes qu’ils étaient contre l’organisation de cette coupe. Le brésil, c’est le pays du football après tout.

Ps: D’hier soir à aujourd’hui, j’ai pu noter qu’il y a un peu plus de bus en circulation. J’en déduis que d’ici Lundi, ils reprendront normalement.

The following two tabs change content below.
mareklloyd
Qui cherche trouve. Mais, le plus dur n'est pas de trouver ce que l'on cherche, mais c'est de supporter ce qu'on a trouvé, puisqu'on l'a cherché!!! ASSUMES TOI.