Terrorisme au Kenya: À qui profite le crime?

ima

Lamentable, choquant, inadmissible, inhumain, barbare, sauvage, (…) Je ne trouverai jamais assez d’adjectifs pour qualifier cet acte de terrorisme, survenu sur le campus de l’université kényane de Garissa, située dans l’est du pays. Non mais Allô quoi!

Au nom de quoi ou de qui peut-on se permettre de mettre un terme à 147 vies humaines? Comment est-ce qu’un homme normal, possédant toutes ses facultés mentales, peut-il se lever un beau matin, puis aller jouer à Hitler quelques instants après? J’ai envie de croire qu’il y a une raison derrière tout ça. J’ai envie qu’on me dise qu’il y a quelque chose qui puisse justifier une atrocité de cette envergure. Parce-que là, je ne sais plus quoi penser.

Messieurs les Shebabs,

Allez-vous prétendre que c’est au nom d’Allah que vous menez ces actes? Non, foutaises!! Détrompez vous tout de suite hein. C’est du terrorisme, pur et simple. Dieu n’a jamais prôné la terreur, ni la violence ou le meurtre, donc laissez le en dehors de ça. Vous ne servez que le côté sombre du genre humain, côté dont vous êtes d’ailleurs, l’une des plus belles représentations. Je suis d’autant plus déçu de vous parce que vous ne vous rendez même pas compte que vous ne faites que nuire à l’image de la religion islamique, laquelle dans le fond, est pour la paix, l’humilité, la tolérance et la charité.

Si votre objectif véritable était de faire du Kenya et des autres pays que vous investissez, des lieux où l’insécurité est reine et où la peur de circuler librement est quotidienne, alors là, vous auriez été sur les bons rails. Mais là, au nom de l’Islam, au nom d’une sainte institution, vous avez fait pleurer une bonne centaine de familles et une fois de plus, avez dégoûté le monde entier.

Aujourd’hui, j’hésite. Devrais-je vous condamner et demander aux grandes puissances de vous pourchasser, puis en finir avec vous une bonne fois pour toute? Ou devrais-je vous implorer de revoir vos méthodes, vous supplier d’arrêter de commettre ces actes de terrorisme? Même à moi, qui rédige ces lignes, ces questions sonnent faux. Et ces requêtes là ne peuvent connaître de suite que dans un monde utopique. Une question importante subsiste: Le terrorisme est tous les jours condamné, mais ne les actes de terrorisme ne cessent de s’amplifier. Que ce passe-t-il donc? On essaie de l’endiguer ou on l’a promeut? Et surtout, à qui profite le crime?

The following two tabs change content below.
mareklloyd
Qui cherche trouve. Mais, le plus dur n'est pas de trouver ce que l'on cherche, mais c'est de supporter ce qu'on a trouvé, puisqu'on l'a cherché!!! ASSUMES TOI.