Une destination de vacances : le Cap Vert

Cette année, je me suis offert comme cadeau de Noël un voyage de deux semaines au Cap-Vert, terre de quelques collègues d’études au Brésil. Pour ceux qui ne le savent pas, le Cap-Vert est un archipel de dix îles situé dans l’océan Atlantique et un pays de l’Afrique de l’Ouest. Son secteur d’activité le plus porteur est le tourisme et c’est avec enchantement que j’ai pu découvrir les nombreux atouts dont il regorge, tant culturellement qu’historiquement. Sur la base de mon expérience à Santiago, l’île qui abrite la capitale, Praia, je vous soumets un Top 10 de raisons qui pourraient vous pousser à noter le Cap Vert dans votre calepin de possibles destinations pour vos prochaines vacances !

Top, c’est parti …

1- Bel archipel facile d’accès : Vous rêvez souvent des Îles Bahamas ou des Canaries ? Eh bien, je suggère, surtout aux citoyens de l’Afrique de l’ouest, de ne plus chercher aussi loin. Pour les pays membres de la CEDEAO, il n’est nul besoin de visa pour aller au Cap-Vert, qui honore la réputation des îles pour leurs beautés naturelles et leurs magnifiques plages. Pour les autres nationalités, il est possible d’obtenir un visa touriste de 180 jours une fois arrivéà l’aéroport pour 25 euros.

2- Tranquillité, mobilité urbaine optimale, beau temps, air frais : Ce pays respire l’air pur. La sensation de paix et de connexion avec la nature qu’on y ressent est impressionnante. Après plusieurs mois de travail, il serait intéressant de se retrouver par exemple dans les hauteurs d’Assomada, histoire de profiter du calme qui y règne, ainsi que du soleil accompagné d’une température comprise entre 19 et 24 degrés Celsius. Praia est aussi une ville idéale pour le repos et la détente. Elle est une capitale qui ne donne pas l’air d’en être une. Il n’y a pas beaucoup de bruit, on se rend facilement et rapidement d’un point de la ville à un autre en taxi ou en bus, lesquels sont d’ailleurs très confortables et abordables. Notons que le climat y est également agréable.

3- Cidade Velha: Il s’agit ici d’une localité riche en histoire. Elle fut le siège de la première colonie du pays, et aussi, sa première capitale. Elle avait également servi de point d’escale maritime pendant la période de la traite négrière. On y retrouve la plus ancienne église catholique de l’Afrique de l’Ouest, ou du moins, ce qu’il en reste, vu qu’elle a été en grande partie détruite lors d’une attaque pirate dans le temps. Depuis 2009, Cidade Velha est classée patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. C’est aussi un coin connu pour ses succulentes murènes frites que je recommande vivement à tous les bons « mangeurs ».

4- Avis aux « mangeurs » de poissons: Pour les inconditionnels du poisson, le Cap-Vert devrait représenter le paradis sur terre. Cuits à la vapeur, frits, braisés, en modes gratin, lasagne ou pizza, il ne manquera guère de quoi vous faire savourer du thon, de la murène, de la morue et du requin, entre autres types de poissons tirés des eaux capverdiennes. En tant que bon mangeur tout court, je peux vous assurer que j’en ai eu pour mon ventre !

5- Avis aux mangeurs tout court: Oui ce n’est pas tout. La culture culinaire est un aspect très important pour moi et pour vous aussi, j’ose croire. Ceci étant, je trouve nécessaire de mentionner les excellentes « linguiças da terra » (saucisses de porc produites localement) qu’il ne faut absolument pas manquer de déguster une fois dans le pays. Sont également dignes de mention honorable les « pastels » (gâteaux) de maïs et le porc au four que l’on retrouve sur l’itinéraire Praia-Assomada, le délicieux pain de Timoté dans le quartier de Fazenda à Praia, ainsi que les plats typiques du pays, Catchupa et Kongo.

6- La ville de Tarrafal: Cette localité est à environ 2h de route de Praia, en passant par Assomada. Elle est particulièrement chargée d’histoire parce que là se trouve le fameux camp de concentration de Tarrafal créé en 1936 par le pouvoir portugais de l’époque. Plusieurs prisonnniers politiques y ont perdu la vie et ceux-ci venaient non seulement du Portugal mais aussi des différentes colonies portugaises en Afrique. Une phrase poignante et révélatrice de l’inhumanité des conditions dans lesquelles étaient plongés les prisonniers se résume parfaitement en cette phrase d’Esmeraldo Pais de Prata, médécin du camp à l’époque: « Je ne suis pas ici pour soigner mais pour signer des certificats de décès ». 

      Camp de Concentration de Tarrafal

Mis à part le camp de concentration, Tarrafal possède des plages qui proposent un spectacle naturel hors-norme. Alors, est-ce que cette ville vaut le détour ? Ma réponse est un grand OUI.

7- De la randonnée en montagne: Entre Assomada et Tarrafal, il est possible de faire des randonnées en montagnes. Il y a également quelques endroits aménagés pour un pic-nic dans les bois, histoire de faire une pause après les longues minutes de marches et de profiter de l’hospitalité rafraîchissante de Mère Nature.

8- La vie nocturne de Praia: Pour ceux qui aiment beaucoup sortir la nuit, la capitale ne les décevra point. Les bars-restaurants et crèmeries de Plateau, les bars à musique en acoustique, restaurants, clubs dansants et autres points de divertissement de Quebra-Canela offrent une panoplie de possibilités pour vous faire passer d’excellents moments. L’occasion vous sera également donnée de découvrir la musique capverdienne dans toute sa diversité, de la morna au funana en passant par la kizomba et l’afro-house.

9- Les îles de São Vicente, Sal, Boa Vista et Fogo: J’ai passé tout mon séjour sur l’île de Santiago, mais tout au long de ces deux semaines, la plupart des personnes avec qui j’ai eu l’opportunité d’échanger ne cessait pas de me répéter qu’il fallait absolument visiter ces îles-là. La première citée est réputée pour sa vie nocturne, les deux du milieu pour leurs beautés naturelles et la dernière pour sa production viticole. Ceci dit, en fonction de vos intérêts, si vos finances le permettent, je vous conseille vivement de ne pas vous limiter à Santiago. Le Cap-Vert a beaucoup à offrir sur les autres îles. Personnellement, je me prépare déjà pour y retourner !

10- Les capverdiennes sont outrageusement belles: Ce dernier point va pour mes compatriotes de la gente masculine, solidarité oblige. Admirer ces dames représente un motif suffisant pour aller au Cap-Vert ! J’ai eu la chance de mettre les pieds dans 7 pays africains mais jamais je n’ai été aussi fasciné par la beauté naturelle des femmes.

Maintenant que vous avez lu ce texte, j’espère que vous avez, pour une raison ou une autre, nourri l’envie de visiter ce beau pays. Je vous laisse en vous informant que les meilleures périodes pour visiter le Cap-Vert sont Décembre et les vacances d’été. La population de la diaspora est deux fois plus grande que la population installée dans le pays, c’est souvent dans ces périodes là que le pays est beaucoup plus animé vu que plusieurs expatriés rentrent et cela occasionne une croissance considérable du nombre d’événements festifs organisés.

 

J’en profite pour vous souhaiter, comme la tradition l’impose, une bonne et heurese année 2018 à toutes et à tous! Vivez, et surtout, vivez heureux.

The following two tabs change content below.
mareklloyd
Qui cherche trouve. Mais, le plus dur n'est pas de trouver ce que l'on cherche, mais c'est de supporter ce qu'on a trouvé, puisqu'on l'a cherché!!! ASSUMES TOI.